Actualité 1

 

actualite1  

 

Retrouvez la nouvelle motion d’orientation d’Alters et la charte 2016, produits du travail collectif en cours  de mise en œuvre :

 

menu : Alters/Vie Associative/CA et Comité de rédaction

ou cliquez ici directement => vie associative

Actualité 2

 

actualite2  

 

Deux textes d'orientation à retrouver dans "Evénements"

- ALTERS, aujourd'hui

- Texte pour la refondation d'Alters, proposition de Marc Thiberge

 
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
Previous Next
Evénements

bouton3 fini

Nous contacter

bouton3 fini
Ventes en lignes

bouton3 fini

 

se_module_calendrier_130 - style=default - background=
<<   201609<20178 septembre 2017 >201710   >>201809
l m m j v s d
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
130201709

17 Septembre 2010

COMPTE RENDU RÉUNION PRATIQUES SOCIALES

17 SEPTEMBRE 2010

 

Invité : François Sicot, professeur en sociologie à l'université Toulouse Le Mirail

 

François Sicot conduit des recherches sur les troubles psychiques, d'un point de vue sociologique, (maladie mentale et pauvreté, la psychiatrie au pénal...), ce soir il a présenté les résultats d'une recherche sur les urgences en psychiatrie, à partir de son article présenté dans Empan. Ce travail exploratoire porte sur la fréquentation des jeunes aux urgences en situation de crise (violences, coma éthytique...), dont on a remarqué par ailleurs qu'ils étaient pris en charge par des services comme l'Aide Sociale à l'Enfance, la Protection Judiciaire de la Jeunesse...

Il a travaillé à partir de la question posé par un service psychiatrique toulousain : pourquoi de plus en plus de jeunes aux urgences ?

 

Plusieurs constats ont été avancés :

Le recours croissant aux urgences en général (pour l'ensemble des publics) ; Une augmentation de la file active en psychiatrie aujourd'hui ; En particulier, les enfants de plus en plus nombreux en pédopsychiatrie (autour de 15 ans) ; Si on prend en compte les prises en charge directement assumées par les généralistes, le recours à la « psy » est croissant.

Pourquoi ?

Quelques pistes de réflexion ont alimenté nos échanges, dont :

  • La « psy » est moins stigmatisée qu'avant ; banalisation des explications « psy », de la notion de souffrance, revendication au « bien être »,
  •  Dégradation de la « santé mentale » ? Émergence d'une nouvelle norme : être son propre entrepreneur ? cf. « la fatigue d'être soi »

 

Une situation particulière à Toulouse, liée à :

Les urgences hospitalières ont une obligation d'accueil

 

  • Les permanences de soins se font sur le volontariat des médecins (peu de candidats)
  • 4 structures ont été mises en place sur des projets spécifiques, leurs capacités d'accueil ne s'additionnant pas, toutes ont une file d'attente, les places manquent.
  • L'insuffisance de moyens est relevée par les professionnels.

 

Une autre demande forte émane des professionnels comme des familles : trouver ou retrouver des repères théoriques, des orientations de travail, en perdition dans les institutions.

 

Les échanges furent intéressant par différents aspects, ils ont permis à ceux qui ont pu y participer de prendre la mesure de la distinction des angles de lecture d'une question sociale, distinction entre psychanalyse, sociologie et psychiatrie.

Mentions légales

Qui est en ligne

Nous avons 20 invités et aucun membre en ligne

Joomla Templates - by Joomlage.com