Actualité 1

 

actualite1  

 

Retrouvez la nouvelle motion d’orientation d’Alters et la charte 2016, produits du travail collectif en cours  de mise en œuvre :

 

menu : Alters/Vie Associative/CA et Comité de rédaction

ou cliquez ici directement => vie associative

Actualité 2

 

actualite2  

 

Deux textes d'orientation à retrouver dans "Evénements"

- ALTERS, aujourd'hui

- Texte pour la refondation d'Alters, proposition de Marc Thiberge

 
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
Previous Next
Evénements

bouton3 fini

Nous contacter

bouton3 fini
Ventes en lignes

bouton3 fini

 

se_module_calendrier_130 - style=default - background=
<<   201609<20178 septembre 2017 >201710   >>201809
l m m j v s d
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
130201709

Atelier Clinique du Mardi

L’ATELIER CLINIQUE DU MARDI

 

 NE FONCTIONNE PAS EN 2015 

Pour 2012-13, l’atelier se compose de

Anne Beghin, Pierre Burguion, Corine Delalle, Lucienne Guénard, France Julien, Danièle Lonak, Annette Noël, Nicole Pinel.

L’atelier se réunit le 2ème mardi du mois au 47 boulevard de la gare à Toulouse.

Référente :

France Julien  

tel 06 88 48 43 02

mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce groupe (de 4 à 8 personnes) rassemble une fois par mois des praticiens du social qui souhaitent élaborer, à partir de leur pratique, les cliniques d’aide et de soins. Il fonctionne dans l’esprit des groupes Balint, mais sous une forme collégiale.

 

"L'esprit BALINT"

Il est issu des groupes Balint animés par Marc Thiberge dans les débuts de l’Association. Les participants ont souhaité perpétuer cette expérience d’élaboration de la clinique.

C’est un lieu d’énonciation singulière, au un par un, fondé sur un exposé oral peu ou pas préparé, où chacun s’expose et se risque à parler des difficultés qu’il rencontre dans sa pratique clinique.

L’objet de cette prise de parole n’est ni le contenu du cas, ni le diagnostic à poser, ni une solution à trouver sur laquelle on tomberait d’accord. Ce n’est pas non plus l’éclaircissement d’une problématique personnelle encombrante.

Il consiste plutôt à expliciter le positionnement du clinicien, sa vision des choses, de ce qui se passe dans son travail : l’effet attendu étant une possibilité de distanciation, voire de surprise, qui produit une éventuelle modification de sa pratique.

Quand Balint parle de repérer « les patterns de réactions automatiques » des praticiens, nous parlerions plutôt de prendre conscience à travers sa propre énonciation, et parfois à travers les questions des autres, de sa façon de faire, de son « style clinique », et de le remanier.

Fondamentalement nous interrogeons quel désir nous mettons chacun dans notre clinique. De ce désir on ne peut parler directement, mais on en perçoit les effets : l’énonciation lève des doutes, ébranle des certitudes, donne consistance à la pratique toujours singulière.

L’énonciation concerne celui qui parle, mais aussi ceux qui écoutent : elle fait penser, provoque des questionnements, et est ainsi vecteur de dynamisation de la pensée. La diversité des pratiques professionnelles et des lieux d’exercice crée une stimulation féconde.

Nous attachons une grande importance à l’accueil de la parole de chacun, à la bienveillance du groupe, à l’absence de jugement, au respect de la position de celui qui s’expose. Les questions visent à faire préciser, à aller plus loin dans l’énonciation.

Nous sommes guidés par la distinction entre  réalité sociale et réalité psychique : nous sommes dans la réalité sociale et l’objectif de nos rencontres est que le clinicien puisse repérer dans quelle situation il est et élaborer ses questions et solutions.

Pour toutes ces raisons, l’atelier clinique du mardi est un lieu de transmission et non d’enseignement ou de simple partage des pratiques.

 

Une animation collégiale

Le fait de fonctionner sans animateur extérieur implique un certain nombre de précautions : ici nous avons la responsabilité collégiale de l’orientation et du fonctionnement du groupe.

L’autorégulation fonctionne ainsi :

L’animateur change à chaque séance, à tour de rôle. Il a essentiellement pour charge la gestion des temps de parole, de recentrer les échanges, de veiller aux disfonctionnements éventuels.

La stabilité du groupe a permit l’accueil de nouveaux participants et la transmission de l’éthique d’Alters dans les rapports entre professionnels.

Une sécurité et une convivialité qui n’excluent pas le sérieux du travail permet à chacun de se risquer.

Il est demandé à chacun de s’engager pour un an, de septembre à septembre, après une ou deux séances de découverte si souhaitées. Dès lors le groupe est fermé pour l’année, afin d’assurer une cohérence du travail. Il n’y a pas de paiement spécifique, seule l’adhésion à Alters est requise. En fin d’année, un bilan est fait et chacun se re-détermine pour l’année suivante en explicitant sa position.

A l’instar des autres groupes d’Alters, une restitution du travail est souhaitée lors d’une « Journée  d’Alters », inscrivant le travail du groupe dans la dynamique de l’Association.

Voir le fichier de format pdf : c'est ici ==> Atelier clinique du mardi

 

Mentions légales

Qui est en ligne

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne

Joomla Templates - by Joomlage.com